Vous êtes ici

  1 /  157
 
Format :
1 CD
Langue :
français
EAN :
9782367622156
Prix :
14, 90 ?
Classification :
Fiction
Message d'information
Bibliothèque Localisation Sous localisation Public Cote Situation Statut
Médiathèque Uzès Adulte - Adulte R LEI Disponible prêtable

Antoine Leiris est un journaliste né en 1981. Il se fait connaître par sa réaction à la mort de son épouse Hélène Muyal-Leiris tuée lors des attentats du 13 novembre 2015 en France au Bataclan.

Sa famille est issue des Hauts-de-Seine d'une mère professeur de français et d'un père comptable. Il passe un DEUG de droit avant de devenir journaliste culturel[2]. Il fait un bref passage au standard de la radio RTL[1]. Il rencontre Hélène Muyal-Leiris en 2003 duquel il a un fils un avant sa disparition[1].

De 2011 à 2014, il réalise pour France Info l’émission Tableauscopie consacrée à la peinture[2]. Il décide de quitter son poste afin d'écrire un roman[1].

Son épouse Luna-Hélène Muyal-Leiris, 35 ans, figure parmi les 89 morts de l'attentat commis au Bataclan le par un commando de Daesh[3].

Le 16 novembre, trois jours après les attentats, il publie sur Facebook un message intitulé Vous n’aurez pas ma haine qui connait un fort retentissement, faisant notamment la une du quotidien Le Monde[2] où il déclare notamment « Alors non je ne vous ferai pas ce cadeau de vous haïr. Vous l’avez bien cherché pourtant mais répondre à la haine par la colère ce serait céder à la même ignorance qui a fait de vous ce que vous êtes »[4]. Le texte est partagé près de 230 000 fois en français, traduit dans plusieurs langues[1].

Le 30 mars 2016, il publie chez Fayard son premier livre sous le même titre où il conte les douze premiers jours « d’une vie à trois qu’il faut poursuivre à deux »[2]. « Le livre s'est écrit d'un trait, une fois mon fils à la crèche ou couché. L'écriture n'a pas de vertu thérapeutique mais c'est une parenthèse dans le chagrin[1]. »

À la télévision, il met en garde contre « la défaite de la pensée » défendant une réponse aux attentats qui soit culturelle, pour comprendre l’horreur et la contrer : « Je pense que la culture nous fait avancer, elle nous fait grandir. On parlait d’ignorance… Évidemment, ça doit passer par la culture. A force de la refuser, de la mettre de côté, on finit par en priver une grande partie des gens qui ont le désir de s’élever[5]. » Il reçoit le Prix Littéraire du Rotary d’expression française[3].

Un an après les attentats, le 13 novembre 2016, France 5 diffuse un documentaire également nommé Vous n’aurez pas ma haine qu'il réalise[2]. Il y interroge des victimes du 13-Novembre, mais aussi mais le psychiatre Boris Cyrulnik, le philosophe Abdennour Bidar et une rescapée de l'attentat de la rue de Rennes commis en 1986[6].

Pré-inscription Newsletter